• 3° Message retraite d'hiver chez soi 2013 / 2014

     

    Troisième message de la retraite d’hiver chez soi

    « En pratiquant le non-attachement et en partageant cette sagesse avec les autres, nous offrons le cadeau de la non-peur » (« La Peur » page 76)

    Avec le deuxième Entrainement à la Pleine Conscience, nous cheminons de la consommation à la générosité et au bonheur véritable.

    Nous pouvons consommer pour satisfaire notre avidité ou pour nourrir notre générosité et notre bonheur véritable ; enfer ou paradis, colère ou générosité, nous avons le choix.

    La générosité est l’une des antidotes à la colère et Thây nous invite à préparer des cadeaux que nous pourrons offrir lorsque nous serons en colère contre une personne.

    Généralement, notre générosité se manifeste à travers le don, mais que pouvons-nous offrir ? (lire le passage sur le don comme Paramita dans le cœur des enseignements du Bouddha).

    Donnons nous assez d’espace aux autres pour qu’ils puissent exercer leur générosité ?

    Savons-nous être généreux envers nous-mêmes ?

    Savons nous voir et recevoir dans un mouvement d’accueil et de gratitude les dons qui fleurissent notre chemin ?

    Parfois nous avons peur d’être généreux, mais nous pouvons aussi expérimenter la légèreté et la liberté que nous procurent la générosité, nous touchons alors la saveur de la non-peur. Avons-nous déjà pris conscience de ce goût de la non-peur ?

    Exercices pour cette période.

    - Lire et relire le deuxième entraînement, s’attarder sur une ou plusieurs phrases qui nous touchent, les apprendre, les méditer, qu’ont-elles à voir avec notre quotidien ?

    - Commencer les méditations silencieuses par cette intention « puissé-je connaître et reconnaître le bonheur véritable » et comme les vaguelettes qui se propagent en cercles concentriques quand nous jetons un caillou dans l’eau, laisser cette intention se répandre à nos proches, à des inconnus, à des personnes que nous trouvons difficiles, à tous les êtres vivants.

    Observons les effets de cette méditation dans notre corps et dans notre esprit.

    Vous pouvez lire le passage « les conditions de bonheur » (« La Peur » page 164)

    - Dans notre journal, continuons à rester attentifs à ce qui nous nourrit ; plus particulièrement en recensant les conditions de bonheur qui sont déjà là et notons les ; (selon Thây nous pouvons en écrire plusieurs pages).

    - En cette période de Fêtes, sommes-nous capables de nous observer dans nos achats et notamment dans nos achats de cadeaux, quelle est l’intention qui nous guide ?

    Puissions-nous reconnaître les conditions du bonheur véritable et partager cette sagesse avec notre (nos) Sangha (s)

     

    La suite sur : http://maisondelinspir.over-blog.com/