• Les chants des grillons ...

     Les chants des grillons ...

     

    " Les chants des grillons couvrent les silences alentours. Ils ont envahit l'espace, le ciel, le sol, le champ d'en face, et vibrent à l'unisson dans leur message de paix...

    Le ciel s'illumine de l'obscurité de la nuit et les premières étoiles percent la voute céleste à laquelle j'adresse ma gratitude.

    Que c'est beau !

    Tout semble immuable dans cette impermanence établie à jamais.

    ...

    Après une méditation intemporelle, la nuit m'a recouvert. Je ne distingue même plus les fleurs de mon amandier au-dessus de ma tête. Je réalise que les grillons se sont tus. Sans doute d'un seul coup d'un seul, comme à leur habitude...

    Une belle soirée d'été, qui n'en est pas...

    J'aimerais tant partager cette joie qui m'étreint d'être vivant, là, assis devant chez moi, contemplant ces beautés de la nature que j'aime tant et dont les mystères nous sont acquis...

    Que chaque être vivant connaisse un jour cette harmonie avec les éléments, dans leurs trois dimensions, qui composent notre espace vital d'existence !

    Sentir, ressentir, vibrer du moindre bruit, se jouer du mystère d'un cri dans la nuit, se sourire d'un crissement qui nous a surpris, s'émouvoir d'une agitation feutrée dans les ténèbres proches, s'interroger sur cette branche qui, découpée dans le ciel sombre, tremble par moment imperceptiblement, entendre la vie dans le lointain, tenter de percer la nuit du regard, juger son souffle trop bruyant, ne plus vouloir respirer pour ne pas troubler le silence, reprendre sa respiration en souriant et rompre le charme d'un rêve un instant réalisé, pour retrouver «l'autre» instant du présent, l'autre «ici et maintenant», illusoire, décevant et pourtant si présent et devenu si lourd...

     Aujourd'hui mercredi, j'ai médité en même temps que vous, comme tous les mercredis (ou presque).

    Mais ce soir je vous écris.

    Je vous écris et j'ai envie de vous crier mon bonheur d'être lié par la méditation, à vos êtres, à vos pensées, à vos énergies !

    J'en éprouve une joie indicible.

    Ma vie est faite de petits riens et de beaucoup de choses, et les désirs s'y pressent.

    Il en est un, vertueux, qui est de vous retrouver pour une soirée, pour une journée, ou pour une semaine, et qui me comblerait...chacun dans son énergie, détachée, distincte et pourtant si semblable à celle de «l'autre»...

    J'aime partager avec vous cette philosophie, cette pratique.

    J'ai écris il y a quelques temps que vous avoir connus me rendait moins difficile la pensée de devoir partir un jour.

     Et même si je la sens s'éloigner un peu, je sais que la Faux peut trancher à chaque instant.

    Aussi, ma gratitude vers Thây et vers la (les) Sangha(s), est sans limite et inconditionnelle.

    ...car j'ai beaucoup moins peur d'Elle...

     Que chacun(e) d'entre vous reçoive les meilleures énergies célestes, le souffle le plus doux, le lotus le plus épanoui, la paix la plus profonde.

    Je vous aime.

      

    A bientôt.

     

    Michel."