• Poésie d'Eliane


    Comme des pages blanches feuilletées par le vent
    où danse l’ombre des herbes folles :
    le Silence.

    Froissé d’insectes, strié d’oiseau, bordé par la houle du feuillage
    au fond de l’eau l’infini du ciel
    au fond du Silence l’INFINI

    *

    Odeurs et bruits de cuisine…
    un remue-ménage familier,
    comme un refrain de l’enfance,
    dans le silence retrouvé

    *

    Je barbotte dans vos silences en toute liberté…
    plaisir d’être au plus haut degré,
    sans passer par votre consentement jugement,
    et de vous offrir la même LIBERTE.