• Réflexion sur un mouvement d’entraide spontanée

     

         Voici une anecdote qui s’est passée il n’y a pas si longtemps, il n’y a pas si loin d’ici, dans ce beau paysage de montagnes où nous vivons…

         Quelqu’un que je connais était ce jour-là dans l’intention de rendre visite à un voisin. Ayant pris sa voiture pour faire le déplacement, voilà qu’au moment de s’engager sur le chemin menant à la maison où il se rendait, il prit de trop près un virage qui l’amena à se retrouver la moitié du véhicule suspendu dans le vide !

          Suite à cela, ayant appelé une ou deux personnes pour se faire aider, voilà que les uns et les autres s’étaient bientôt attroupés et mobilisés pour l’assister et le sortir de sa galère. Ainsi, ce fut l’occasion pour moi de m’étonner agréablement de voir se manifester là un mouvement de solidarité et de fraternité, à l’inverse de ce qui s’observe parfois ailleurs où, dans un cas semblable, tout le monde fuit dans toutes les directions pour ne pas avoir à se retrouver avec le problème…

           L’étonnement continua de grandir pour laisser place à l’admiration de voir cet ami être touché par ce mouvement de générosité et d’entraide : je pouvais déceler chez lui, en effet, le sentiment d’être reconnu et d’être important aux yeux des autres, ce dans le bon sens du terme. Il réalisa par là qu’il comptait pour les autres, qu’il était apprécié et aimé, et qu’il appartenait effectivement à un cercle de personnes chères.

          Je pouvais voir en même temps que les différents acteurs de cette scène avaient certainement pu se sentir bien dans un tel acte de générosité, offrant leur temps, leur énergie, leur attention à leur frère et à son problème…

           Et pourtant, j’en venais à constater malgré tout que les uns et les autres ne semblaient pas nécessairement tous avoir la maturité et la sagesse suffisantes pour pleinement apprécier le sens peut-être ‘caché’ après tout, du moins le sens profond de toute cette mise en scène de l’univers. L’un se plaignait du temps pris dans cette aventure ; l’autre du motif inconscient ayant pu animer cet ami, sous la forme d’un acte manqué voulant dire quelque chose comme : « aimez-moi », etc.

     

          Quoiqu’il en soit, tout cet agencement fait qu’au-delà de la situation à priori banale de l’incident, cela avait pu servir des causes et des enjeux plus nobles ayant su faire, malgré les acteurs eux-mêmes, se remplir les cœurs et s’ouvrir les esprits un peu plus…

          Car quelle autre raison sinon à un tel évènement dont le problème est résolu dans l’heure ?!

          Nous pouvons prendre toutes sortes de situations ayant cours sous des scénarios divers et variés tout autour de la Terre : un accident qui cause la perte soudaine d’un être cher ; une maladie qui se déclare ; un changement dans sa situation professionnelle, familiale ou autre… ; et puis tout simplement le départ inexpliqué de quelqu’un dont l’âge ne justifiait pas qu’il ou elle meure – peut-être même dans l’heure ou les jours ou semaines qui suivent sa venue au monde, sa naissance !

           La plupart du temps, nous manquons de voir et de comprendre la véritable raison et le sens profond de tout cela, au-delà des apparences et des premières impressions, au-delà de son contexte immédiat. Nous ne pouvons le voir parce que nous sommes pris par nos mécanismes émotionnels et psychologiques et que nous réagissons sur la base de nos conditionnements karmiques. C’est plus fort que nous, cela nous emporte et nous pousse à répondre de telle ou telle manière à un évènement, à une situation donnée. Nous manquons de discernement et ne pouvons apprécier l’ampleur du déploiement de la réalité dans ce qu’elle a de changeante, manifestant ceci, le faisant disparaître là, etc. Tout ce mécanisme réactionnel en nous se fait à nos dépens et à notre insu, alors même que nous croyons être libres de nos décisions, de nos choix, de nos pensées, de nos paroles, de nos actions. Le fait est que nous sommes trop impliqués en quelque sorte, trop investis émotionnellement, attachés que nous sommes à une chose, une personne ou une idée, ou à son contraire, et souffrant constamment au vu de ces attachements tyranniques qui nous malmènent et nous privent de liberté véritable, de bien-être et de joie, et de capacité à apprécier l’essentiel et le fin fond des choses par-delà leur contexte.

     

          Ces héros du moment qui se sont manifestés pour entraider notre ami en difficulté, n’ont pas eu la possibilité, semble-t-il, de goûter pleinement le fruit de leur action altruiste. Des empêchements ‘karmiques’, telles que des limitations psychologiques relevant sans doute de mécanismes de défense, les ont retenus dans leurs schémas de constructions mentales, dans des traits habituels et médiocres d’insatisfaction et de complainte, comme s’ils s’interdisaient finalement de bénéficier à part entière du caractère positif de leur acte.

          Est-ce conforme à la norme sociale de se réserver ainsi d’un acte bon comme pour se prémunir d’un quelconque risque de glorification, de vanité et d’orgueil ?

          Dommage quelque part en tout cas, car cela aurait certainement pour utilité de hisser et élever nos personnages davantage, et de contribuer ainsi à notre progression spirituelle, en favorisant notre maturité psychologique en terme de générosité, d’altruisme, de compassion, de joie…

     

          Apprenons à user d’une grille de lecture intelligente pour interpréter les situations de vie que nous rencontrons et en retirer pleinement le sens profond et noble qui s’en dégage, dont elles recèlent et qu’elles nous délivrent.