• Respirer pour le monde grâce au mental

     

    Ce matin, j'ai trouvé la sonnerie de mon réveil agaçante.

    Je l'avais pourtant programmée comme d'habitude, sur une musique douce, calme, et sur un ton lentement progressif.

    Et je la connais bien cette musique, je mets toujours la même, c'est ma préférée,  mais ce matin, elle m'agace !

    J'appuie au hasard sur une touche de mon téléphone portable et elle se tait !...

    Si j'ai enfoncé la bonne touche, ça ira. Sinon, elle va re-sonner...

    Durant les 5 minutes qui attendent la prochaine sonnerie, mille pensées se bousculent tout à coup dans ma tête, dans un désordre rare, avec une densité à en attraper le tournis, ça m'agace.

    Je constate que mon réveil est agité, par mon mental, qui l'est tout autant, puisque tout vient de lui...

    J'essaie de me ressaisir, de penser aux autres, de calmer ma respiration déjà haletante, de me concentrer sur mon inspir, sur mon expir. Voilà, ça vient, tout doucement, un peu de calme semble me parvenir, s'installer en moi, je me sens déjà mieux...ouf !...

    ...et voilà que mon réveil re-sonne ! Et ça m'agace !!!

    Il est 5 heures et demi, il fait encore nuit, le ciel est nuageux. J'appuie sur la touche « arrêt sonnerie », et je m'efforce à nouveau de penser aux autres. De me re-concentrer sur ma respiration et de respirer pour eux. Pour celles et ceux que je connais, mais aussi pour les autres, innombrables frères et sœurs, ignorants ou avisés, mais victimes comme moi d'agitations mentales.

    Bien concentré sur mon inspir, que je leur délivre, je les visualise et génère en moi de l'amour à leur intention.

    Mon expir essaie de rejeter mes formations mentales de l'instant, et je leur envoie dans l'inspir suivant toute la détente et la paix dont je suis capable...... ? ou plutôt dont je ne suis pas capable ! Parce que mes pensées s'évadent encore !!!

    Et ça m'agace ! Mais ça m'agace !...

    Puisque je suis incapable de respirer pour le monde de cette façon ce matin, je décide alors de lui adresser une respiration géante ! Une respiration à son échelle ! D'une amplitude telle qu'elle atteindra positivement tous les esprits, et c'est la prétention que mon mental m'impose sur l'instant :

    Une respiration écrite, avec des mots qui respirent, avec un cœur qui respire, avec un crayon qui respire, une feuille de papier qui respire, une encre qui respire...

    Je saisis alors mon bloc note (qui respire ?), mon stylo préféré (qui respire ?), et bien décidé à donner quelque chose de moi aux autres aujourd'hui, au risque d'être en retard, j'ai écris les lignes qui suivent :

     

    Il est des aubes à nuages noirs, où la lumière froide et blafarde du soleil levant, annonce une journée triste, une journée longue, une journée languissante.

    Il est des matins où l'obscurité de la nuit insiste, persiste, s'incruste, malgré l'essoufflement des minutes qui s'épuisent à vouloir s'imposer. Comme si le noir de la nuit refusait de céder sa place à la lumière du jour.

    Il est des aubes qui s'éteignent en naissant, qui se cachent, qui s'enfuient, qui n'existent même pas...

    Et si le ciel gris se cumule avec un mental de merde, (ce qui est forcément le cas, ce dernier créant de toute pièce le premier), alors les jambes paraissent lourdes, le regard devient lourd, l'air que l'on inspire sent le lourd, même le sang qui coule dans nos veines est lourd...

    Et pourtant...

    Assis dans mon lit, je contemple sans la voir la lueur naissante et grise d'un jour qui n'en sera pas...je n'ai même pas envie d'y aller...

    Pas envie de partager cette pesanteur qui m'écrase, cette angoisse qui m'étreint, cette contre-énergie qui ne profitera à personne...

    Et pourtant...

    Et pourtant, c'est une journée comme ça qui s'annonce pour moi.

    ...

    ...et en fait, je suis très satisfait de cette perspective ! et je parviens tout à coup à me réjouir d'admirer un instant le lotus qui pousse dans la boue, le soleil qui était là, juste avant la pluie, et la sérénité qui précédait l'agitation mentale...les avais-je oubliés ?

    J'ai si souvent des journées merveilleuses, si souvent illuminées, si souvent si faciles...

    Je crois avoir tant d'assurances (pourtant totalement utopiques) sur mon avenir, que le doute et la peur de ce nouveau jour, en fin de compte, devraient atténuer mes certitudes et donc calmer mon esprit, enrichir ma perception des choses et développer ma clairvoyance et mon discernement.

    Le bonheur ne peut exister que dans l'équilibre des choses de la vie.

    Aujourd'hui, j'apprécie encore plus que les autres jours, cette paix qui m'habite souvent, la joie que j'éprouve chaque jour d'être vivant, l'écoute qui risque de me manquer aujourd'hui, le don qui me guide spontanément quand je vais bien, et même mon sourire naturel qui sera probablement absent de cette journée...

     

    Mon cher Mental,

     

    Je te remercie pour ces quelques lignes de plaintes et de conscience. Que serais-je sans toi qui viens à ma rencontre que les heures obstinées de ce temps quotidien ? chantait Jean Ferrat.

    Merci de m'aider à réaliser à quel point les nantis comme moi sont nantis, à quel point l'égo, ton ami le plus fidèle, sinon ton jumeau, m'habite, et moi qui croit guider ma vie, me guide, m'influence, m'oriente, sans relâche.

    Mon auto préoccupation est sans limite, et je me conduis comme si je portais toutes les misères du monde sur mes petites épaules.

    Merci mon cher Mental, de me donner le pouvoir d'écrire ces lignes, de les noircir de mots à forte influence égoïste, mais à travers lesquels je vais quand même parvenir à te la faire fermer un peu !

    Car si tu me pousses à ne penser qu'à moi, tu me donnes ainsi toutes les raisons de t'observer, de te surveiller, et de tenter de te dire : stop !

    Et je finirai bien par y arriver, au moins de temps en temps ?!

    D'ailleurs tu vois ? Là ! Maintenant ! Eh bien, je vais mieux ! Je vais même bien ! Et ne t'en déplaise, je vais aller respirer pour le monde avec mes amis, et avec plaisir ! car eux au moins, ils sont sincères !!!

    Ensemble, nous allons inspirer en nous la pleine conscience de notre moi profond, expirer de nous les perceptions erronées, inspirer en nous la force apaisante de l'instant présent, expirer de nous les agitations mentales, inspirer la compassion et l'amour des autres, expirer tous les concepts, inspirer le calme, la sérénité et l'éveil, expirer nos souffrances et celles du monde, inspirer, expirer, respirer, respirer, respirer....

     

                                                                                                                        Michel le 30 mai 2012.

    Si vous avez des observations à faire sur les textes de Michel,. Vos critiques constructives seront les bienvenues. Merci. Michel. mdelenne@orange.fr